line-image
/ 01 janvier 2020

École de Percy (France)

"Ce projet remonte à loin", explique Michel Gourion, l'architecte qui a conçu cette extension pour accueillir une salle d'arts plastiques et une salle de motricité pour l'école de Percy.

« C’est un projet qui remonte assez loin», explique Michel Gourion, architecte qui a réalisé pour l’école de Percy une extension comprenant une classe d’arts plastiques et une salle de motricité. « J’avais déjà construit, en 2002, une extension pour l’école maternelle et, à l’époque, j’avais choisi le zinc pour la couverture. C’est une matière que j’apprécie : elle est malléable, son toucher évoque le velours ou le béton, elle accroche la lumière et apporte une dynamique qui répond bien aux formes des bâtiments ». Résultat : l’extension de l’école est presque totalement recouverte d’une peau de zinc. Mais pas complètement car Michel Gourion aime jouer avec les matériaux : «Avec le zinc, j’ai prévu des panneaux solaires et un bardage stratifié massif qui reprend le ton du zinc mais avec un calepinage différent ». « La qualité du zinc est qu’il se marie avec beaucoup d’autres matériaux. »

PARTIS PRIS ARCHITECTURAUX

« Lorsque l’on réalise un bâtiment pour les enfants, il faut se mettre à leur niveau, éviter les stéréotypes. J’ai donc conçu l’extension comme un mikado avec des formes atypiques et dynamiques », explique Michel Gourion. La structure bois du bâtiment et l’isolation en panneaux de fibre de bois vont aussi dans le sens du confort d’usage : «Le bois nous apporte la thermique mais également le confort acoustique – très important dans une école ». Quant à la façade : «Le zinc confère une dynamique qui répond aux formes du bâtiment avec un contraste entre les pleins et les vides ». Et sur le plan technique, « il n’y a pas grandchose que le zinc ne permet pas !

FOCUS TECHNIQUE

L’architecte ne souhaitait pas que les panneaux solaires photovoltaïques en façade donnent l’impression d’une trop grande intégration : « Je voulais que ces panneaux paraissent avoir été posés sur la façade ». Cette exigence a imposé un système d’accroche spécifique sur la façade en joint debout.